Jeudi 3 mars 4 03 /03 /Mars 05:18

 I)Les Avantages :

 

     A) D'un point de vue environnemental

 

L'avantage principal des biocarburants est leur faible niveau d'émissions de gaz a effet de serre. Les biocarburants sont étudiés grâce a des écobilans qui prennent compte de chaque étape depuis la culture des biocarburants jusqu'a la pompe et de leur impacts sur la nature.

Le biodiesel a un intérêt environnemental énorme comme nous montre le rapport de l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) ci-dessous publié en 2002.

 

 

Atouts-des-biocarburants

 

 

 

Ce rapport nous montre que le bioéthanol émet environ 2 fois moins de gaz a effet de serre que l'essence (indice 85.9) alors que le biodiesel qui est encore mieux placé émet autour de 4.5 fois moins de gaz a effet de serre que le gazole (indice 79.3).

Ecologiquement parlant, l'utilisation des biocarburants est donc très intéressante.

  

Les biocarburants sont considérés nettement moins polluants que les énergies fossile: les énergies fossile émettent des taux massifs de CO2 durant la combustion de gazole ou d'essence par exemple. Ces rejets de CO2 ne sont pas compensés. Au contraire, le CO2 absorbé par les plantes (tournesol, colza, betteraves...) lors de la photosynthèse tout au long de la culture des biocarburants compense le CO2 qu'ils émettent lors de leur combustion. Cette compensation explique la réduction des émissions de gaz a effet de serre dans l'écobilan. Autre avantage, les biocarburants ne dégagent ni soufre, ni particules, ni ozone lors de leur combustion.

 

 B) D' un point de vue économique

 

Les biocarburants ont aussi une multitude d'atouts au niveau économique: Ils peuvent jouer un rôle clef dans le remplacement des énergies fossile, permettant a l'Europe de regagner une certaine indépendance envers les pays producteurs de pétrole qui monopolise le prix global des carburants. Ceci pourrait protéger l'économie des fluctuations des prix du pétrole.  La puissance agricole de l'Union Européenne faciliterait la mise en place de culture généralisée et fabrication domestique des biocarburants. Les pays ne possédant pas de ressources pétrolières pourraient alors trouver l'autosuffisance a l'aide de ces biocarburants.

De plus, la mondialisation des carburants verts aidera a créer une industrie comportant un grand nombre de nouveaux emplois dans chaque étape de production autant au niveau du monde rural qu’au niveau industriel.

L'intégration facile du biodiesel dans le gazole à un certain pourcentage (entre 5% et 30%) applicable sans modification de moteur nécessaire simplifie la mise en marche de l'industrie des biocarburants.

 

 

 

II) Les inconvénients

dtjhsgjhhdf adfbgdafg

 

   A) Au niveau environnemental

Pour produire des biocarburants nous avons donc besoin de cultiver des terres pour pouvoir obtenir les plantes, alors qu’un problème s’impose, les surfaces agricoles sont limitées. On doit donc réduire l’espace prévue pour la production alimentaire pour pouvoir  produire du biocarburant. Ce problème a été une des raisons de l’augmentation des prix alimentaire.

De plus, nous avons constaté que même sur l’ensemble de la production et de la consommation des biocarburants les rejets sont moins importants, on n’observe pas une grande différence sur les rejets à la sortie du pot d’échappement. On ne peut donc pas espérer une véritable amélioration de l’état de l’air après des biocarburants.

L’augmentation de la demande de biocarburants oblige des pays de sud –est asiatique comme la Malaisie, Singa ou même l’Indonésie à se lancer dans une production à grande échelle d’huile de palme.

Les conséquences néfastes de cette surproduction sont multiples, il y a la déforestation, l’assèchement des sols mais ce n’est pas un problème qu’au niveau de la flore puisque il aura aussi disparitions d’espèces animales  et allant même jusqu’ à l’expulsion des populations indigènes de ces zones.

 « En 2002, la France a consommé 95 millions de tonnes de pétrole dont 50 millions destinés aux transports. Voyons en ordre de grandeur les surfaces qu’il faudrait mobiliser pour remplacer ces 50 millions de tonnes de pétrole :».

 

 

Filière

Culture

         km²            

% du territoire    français

%  des superficies cultivées en 1997

Huile

Colza

365 000

66%

232%

Huile

Tournesol

472 000

86%

300%

Ethanol

Betterave

125 000

23%

80%

Ethanol

Blé

284 000

52%

183%

 

 

 

 

Si on prend l’exemple de la foret tropicale amazonienne, sa déforestation voir même sa « destruction » s’est fortement accélérée, cela est due à une forte demande en soja et en maïs.

La déforestation de la foret amazonienne progresse de près de 1,3 million d’hectares par an ce qui fait près de10 % de la déforestation au niveau mondiale.

 

ydrstugfiyuoihjp.pngydrfjkgh-po.png

 

Déforestation de la foret Amazonienne

 

 

B) Au niveau économique

Au niveau économique, le principal inconvénient des biocarburants est le coût très important de son lancement. Il y a encore beaucoup de “verrous” technologiques qui empêchent un déploiement à l'échelle industrielle.

 Les conducteurs utilisant les biocarburants trouvent qu’il faut au moins 30% de biocarburants en plus pour rouler la même distance que roulerait une voiture avec du pétrole. Donc aux longs termes et questions efficacité les biocarburants peuvent être moins efficaces et bien sur plus cher.

«  En fait, le biocarburant est rentable quand le prix de l’essence est au dessus de 75 dollars le baril. Les coûts de production actuels des biocarburants, sortie usine, se situent entre 0,45 et 0,55 €/litre. » De plus à ces couts de production il y a aussi les couts de distribution et donc de transports et vu que le biocarburant n’est pas transporté par pipeline il y a un cout de distribution et de stockage qui s’ajoute au prix total et donc ce dernier se retrouve beaucoup plus élevé que le pétrole.

De plus le marché des carburants ont une influence sur les prix des denrées puisque si on prend l’année 2008, plus 10% de la production mondiale de maïs a été consacrée à la production de biocarburants.  Si on prend l’exemple du mais cela a entrainé une forte hausse des prix, de plus la hausse du prix du pétrole n’a fait qu’aggraver la situation.

 

  « Si les prix alimentaires restent connectés à ceux du pétrole, ce sont 1,2 milliard de personnes qui risquent de ne pas manger à leur faim d'ici 2025. De plus la Banque mondiale a calculé que la consommation calorique des populations les plus pauvres diminue de 0,5% à chaque fois que le prix des principaux produits alimentaires augmente de 1%. Quand une denrée alimentaire augmente, on la remplace pour une autre, moins chère, mais moins riche, moins nourrissante. »

 

cvbgnmk-l-pngasdfghj.png

 

 

 

 

 

 

  

 

 

Par tpelfcbiocarburant
Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus